man-coffee-cup-pen

BLOG

Devenir freelance : 10 questions à se poser

Par Coralie Pilté le 28 mai 2021

Pour le lancement de notre module Business Perspectives, Evolution & Perspectives a participé à un Live avec Numbr, anciennement Novaa. Nicolas Lemaigre-Voreaux et Julia Simon y répondent à 10 questions que se posent les professionnels avant de devenir freelance. Des questions autour de la comptabilité, la fiscalité et du marketing qui reviennent régulièrement de la part de nos clients.

Nous vous proposons un récapitulatif de ce Live, qui reprend les réponses de notre spécialiste en commerce et marketing et de l’expert-comptable de Numbr. Vous pouvez aussi revoir ce live dès maintenant sur le compte de Numbr.

Les questions abordées :

  1. Est-ce que je peux devenir freelance sans structure juridique ?
  2. Comment fonctionnent les aides Pôle Emploi Création d’Entreprise ?
  3. Est-ce que je dois prendre un expert-comptable et pourquoi ?
  4. Est-ce que je dois ouvrir un compte bancaire dédié ou un compte professionnel en tant que freelance ?
  5. Où domicilier ma structure juridique ?
  6. Est-ce que mes compétences techniques sont suffisantes pour devenir freelance ?
  7. Comment me faire connaître sur Internet ?
  8. Comment commercialiser mon offre de service ?
  9. Comment vérifier la viabilité de mon projet ?
  10. Puis-je me faire accompagner la commercialisation et le marketing de mon offre ?

 

1. Est-ce que je peux devenir freelance sans structure juridique ?

Julia Simon, Expert-comptable chez Numbr : Non, une structure juridique est obligatoire avant de devenir freelance pour pouvoir facturer ses clients. Il faudra donc choisir la structure la plus adaptée à votre activité indépendante (SARL, EURL, SASU, micro-entreprise, …). Voici trois axes de réflexion qui vous aideront dans votre choix :

  • Avez-vous un projet entrepreneurial sur le court, moyen ou long terme ? En effet, la structure que vous choisirez devra être adapté à votre stratégie. Si vous souhaitez vous lancer en indépendant avant de retrouver un emploi, la micro-entreprise pourra être la plus adaptée. Si vous avez un projet d’entreprise à long terme, alors d’autres options s’offrent à vous.
  • Quelle est votre stratégie de rémunération? Réfléchissez bien à comment vous souhaitez être rémunéré, mais aussi à vos revenus et frais professionnels. En effet, en fonction du statut, vous pourrez avoir un plafonnement de votre chiffre d’affaires. De même, souhaitez-vous continuer à recevoir des aides Pôle Emploi ? La structure de votre entreprise pourra avoir un impact sur vos ARE.
  • Quelle protection sociale souhaitez-vous ? Votre protection sociale variera en fonction des statuts juridiques de votre entreprise. Réfléchissez donc à si vous voulez être associé au régime général ou à la caisse des indépendants, …

Vous pouvez bien sûr prendre votre décision seul, mais se faire accompagner par un expert vous permettra de bénéficier de conseils avisés. Vous pourrez ainsi découvrir des avantages cachés associés à chaque type de structure.

 

2. Comment fonctionnent les aides Pôle Emploi Création d’Entreprise ?

J. S. : Il existe trois types d’aides Pôle Emploi Création d’entreprise :

  • L’ACRE (ou Aide à la Création ou la Reprise d’Entreprise), qui est accessible à tous les indépendants. Elle est conditionnée en fonction de votre forme juridique. Grâce à cette aide, vous bénéficierez d’une exonération partielle des charges sociales durant votre première année en freelance :
    • En EURL, vous ne payerez que 22 % contre 45 % sans cette aide.
    • En SASU, vous ne payerez que 35 % contre 75 %
    • En micro-entreprise 11 % au lieu de 22 %.
    • Attention toutefois, car cette aide est plafonnée en fonction de votre revenu brut.
    • Pour plus d’informations sur l’ACRE, c’est par ici.
  • Le Maintien des ARE (ou Aides au Retour à l’Emploi) : Si vous bénéficiez d’allocations Pôle Emploi et entamez une démarche de création d’entreprise, vous aurez la possibilité de maintenir vos indemnités. Vous devrez cependant déclarer votre chiffre d’affaires à Pôle Emploi pour évaluer le montant de vos aides. Vous pourrez ainsi recevoir un complément de revenu ou alors voir vos droits décalés. Pour plus d’informations. 
  • L’ARCE (Aide à la Reprise et Création d’Entreprise), qui est disponible pour les demandeurs d’emploi bénéficiant d’allocations. Cette aide Pôle Emploi Création d’Entreprise est capitalisée sur vos droits à hauteur de 45 %. Vous recevrez donc 22 % à la création de votre entreprise, puis 22 % six mois plus tard. Le reste est gelé pendant un certain nombre d’années. Cette aide est particulièrement utile pour les entrepreneurs qui ont besoin de trésorerie pour développer leur activité au démarrage. Elle permet en effet d’avoir un petit capital pour démarrer sereinement. Pour plus d’informations.

 

3. Est-ce que je dois prendre un expert-comptable et pourquoi ?

J. S. : Faire appel à un expert-comptable dépendra de votre statut juridique. Sous le régime de la micro-entreprise, les obligations fiscales et comptables sont réduites et simplifiées. Si vous êtes en dessous du seuil de la TVA, vous n’aurez donc pas besoin d’un expert-comptable.

Si vous créez une personne morale ou une entreprise, vous serez assujettis à la TVA et aurez des obligations beaucoup plus complexes. Si faire appel à un expert-comptable n’est pas obligatoire, il est cependant vivement conseillé de travailler avec un cabinet pour vous faire gagner du temps et éviter toute erreur.

 

4. Est-ce que je dois ouvrir un compte bancaire dédié ou un compte professionnel pour monter mon entreprise ?

J. S. : Tout dépendra du statut que vous choisissez pour devenir freelance ! Si vous choisissez :

  • Le statut de la micro-entreprise: un compte dédié suffit si vous n’êtes pas assujetti à la TVA. Vous n’aurez besoin d’un compte professionnel que si vous êtes assujetti à la TVA.
  • Personne morale et entreprise individuelle: ces statuts sont assujettis à la TVA. Un compte professionnel est donc obligatoire pur payer l’impôt sur la société et la TVA.

 

5. Où domicilier ma structure juridique ?

J. S. : Vous êtes plutôt libre quant à la domiciliation de votre entreprise, et cette dernière dépendra plus de votre activité.

  • Si vous faites de la prestation de service, vous pouvez utiliser votre adresse personnelle. Et ce, plus particulièrement si vous n’accueillez pas de public.
  • Vous pourrez utiliser une société de domiciliation pour avoir une boîte aux lettres dédiée, où vous réceptionnerez vos courriers. Cependant, cette solution engendrera des frais supplémentaires.
  • Si vous produisez ou vendez des produits, vous aurez certainement besoin d’un local commercial ou de bureaux. Vous utiliserez donc cette adresse pour domicilier votre entreprise.

 

6. Est-ce que mes compétences techniques sont suffisantes pour devenir freelance ?

Nicolas Lemaigre-Voreaux, formateur expert en commerce et marketing : Vos compétences techniques ne préjugent en rien vos capacités à votre capacité à être un entrepreneur. Par exemple, si vous voulez devenir formateur professionnel, il vous faudra apprendre à créer un parcours pédagogique pertinent. Pour devenir consultant, vous devrez apprendre une méthodologie spécifique pour accompagner les entreprises. De même, vos compétences ne vous permettront pas de promouvoir vos services ou de créer une proposition de valeur pertinente.

Il est donc essentiel de ne pas confondre vos compétences dans un domaine technique avec vos capacités à mener à bien des missions très spécifiques. Ou à réussir une fois à votre compte. Vous devrez donc les acquérir avant de devenir freelance. Nous vous conseillons de suivre pour cela une formation spécifique (formateur, consultant ou création d’entreprise).

 

7. Comment faire connaître mon entreprise sur Internet ?

N. L-V. : Plus de 75 % de gens que nous rencontrons pensent qu’avoir un site Internet et un profil sur les réseaux sociaux est suffisant pour se faire connaître. Ils n’ont pas d’autres stratégies. Or, ce n’est pas suffisant !

En effet, des milliers de contenus sont partagés sur Internet chaque seconde… Il est donc impossible de se faire connaître en ligne sans avoir une méthodologie bien précise. Une méthodologique qui fera d’ailleurs travailler les algorithmes Google, Facebook, LinkedIn ou Instagram en votre faveur ! De même la publicité digitale jouera un rôle prépondérant dans vos outils de communication. Mais avant d’en arriver là, il vous faudra :

  • Structure votre offre.
  • Définir votre proposition de valeur.
  • Les faire coïncider avec les attentes et besoins d’une audience spécifique.

Vous devrez définir qui sont vos clients potentiels (vos « buyer personas ») et leurs problématiques pour pouvoir ensuite en parler en tant qu’expert et leur offrir des solutions.

 

8. Comment commercialiser mon offre de service ?

N. L-V. : La façon de vendre ses produits et ses services a beaucoup évolué avec l’apogée d’Internet. Il y a quelques années, l’argument du « moins cher » pouvait marcher pour trouver de nouveaux clients. Aujourd’hui, cette méthode n’est plus valable car votre client potentiel pourra toujours trouver moins cher ailleurs. Une simple recherche Google le prouve !

Comme expliqué plus haut, il sera donc essentiel de définir une véritable proposition de valeur. Cela signifie identifier à quelle problématique vous répondez et quels bénéfices vos clients en retireront. Vous sortirez donc de la logique du « vendre moins cher », pour offrir un service de qualité à juste prix. Devenir freelance et bien commercialiser vos services reposera donc sur une proposition de valeur simple, claire et précise.

 

9. Comment vérifier la viabilité de mon projet ?

N. L-V. : Il y a quelques années encore, le compte d’exploitation prévisionnel était le pilier central pour vérifier la viabilité d’une entreprise. Mais ce modèle n’est plus valable aujourd’hui. En effet, il ne permet pas de capturer votre business model et ne justifie pas de la réussite de votre projet.

Nous vous recommandons d’utiliser un business model comme le modèle CANVAS. Vous y détaillerez vos cibles, votre proposition de valeur, vos services, vos ressources, vos prestataires extérieurs et bien plus encore, pour en retirer des coûts et des revenus. Vous pourrez ainsi pitcher, présenter ce modèle à vos connaissances, à un mentor ou à un groupe de travail et jauger leur réaction face à votre proposition de valeur pour évaluer si votre idée est bonne.

Durant notre module Business Perspectives, nous travaillerons sur votre offre de service, et votre proposition de valeur en utilisant ce modèle. Vous pourrez donc bénéficier de nos conseils pour déterminer la viabilité de votre projet avant de devenir freelance.

 

10. Puis-je me faire accompagner la commercialisation et le marketing de mon offre ?

N. L-V : Oui ! En participant à notre module Business Perspectives, vous pourrez acquérir des compétences en commerce et en marketing digital. Mais aussi bénéficier d’un accompagnement individuel pour discuter de votre idée d’entreprise. En parallèle, vous bénéficierez également de l’expertise de Numbr avec des modules autour de la création et gestion d’entreprise.

En vous inscrivant à notre formation, vous seront également offerts par Numbr :

  • Des conseils à l’installation individuels
  • Votre création d’entreprise
  • Un mois d’honoraires comptables offert, ou deux si votre entreprise est déjà créée.

Pour en savoir plus sur Business Perspectives, rendez-vous sur notre page formation.

Coralie Pilté, Business Developer au sein du Groupe Evolution & Perspectives.

 

 

Topics: EP

Commentaires